• L'alzheimer historique...

     Illustration (photo noir et blanc ci-dessus) :

    Pour le soutien qu’il lui a apporté, Hitler décore Henry Ford d’une très haute distinction, remise en 1938 par le consul d’Allemagne à Detroit.

     Voici les video des présentations, par leurs auteurs, de deux livres, "Le mythe de la bonne guerre" de Jacques R.Pauwels (belge), docteur en science politique et "Le choix de la défaite" de Annie Lacroix-Riz, historienne. Ils soulèvent, par des explications structurées et appuyées par de nombreux faits et références historiques, des éléments fondamentaux qui bouleversent notre compréhension de la seconde guerre mondiale, c'est à dire de l'histoire de nos grand-parents, surtout, mais aussi de nos parents et donc de la notre, celle que nous transmettrons à nos enfants....   

     

    Le mythe de la bonne guerre (durée 50 min)

    Jacques R.Pauwels

    "La Deuxième Guerre Mondiale, une croisade américaine pour la défense de la liberté et de la démocratie ? Les vainqueurs écrivant l'histoire, c'est cette version qui est enseignée depuis 1945 des deux côtés de l'Atlantique. Alors que l'on se prépare à célébrer le 60ème anniversaire de la capitulation, Jacques Pauwels, preuves à l'appui, dévoile le mythe de la «libération». Aux États-Unis, Hitler a très longtemps été considéré comme un excellent partenaire en affaires mais dans une guerre qui ne se déroule pas comme prévu, les alliances finissent alors par se former contre les «mauvais ennemis», avec les «mauvais alliés»...
    Le débarquement de Normandie qui ne survient que très tard, le 6 juin 1944, fera malgré tout de ce second conflit mondial une formidable aubaine financière pour les États-Unis. En libérant une partie de l'Europe des fascistes pour la «dominer» économiquement, toutes les conditions sont également réunies dès 1945 pour entamer une très longue Guerre froide..."

      

      

     Le choix de la défaite (durée 1h16)

    Annie Lacroix-Riz

    "Quelles sont les causes de la défaite française de 1940 ? Comment comprendre l’engagement des banquiers et industriels dans la " collaboration économique " avec les Allemands entre la défaite et la libération de Paris sans s’interroger sur la phase précédente ? Les classes dirigeantes françaises ont-elles planifié dans la décennie 1930, comme leurs homologues belges guidées par la Banque nationale de Belgique, l’occupation prochaine de leur pays par l’Allemagne de Hitler ?
    À la lumière d’archives françaises et étrangères, pour la plupart jamais encore dépouillées, Annie Lacroix-Riz revient sur les origines de Vichy. Un essai très engagé, qui bouleverse notre connaissance de cette période de l’histoire de France et au-delà, des relations internationales. Cet ouvrage défend la thèse que les hommes de Vichy ont préparé leur arrivée au pouvoir et que la transformation des institutions, rendue nécessaire par la crise, passait par la défaite française. L’ouvrage montre ainsi, dans une approche nouvelle, que les causes de l’Occupation sont avant tout intérieures. Il aborde la question de la nature des actions menées de 1933 à 1939 en faveur de l’axe Rome-Berlin. Surtout, il met en exergue le caractère déterminant de l’économie dans le fonctionnement de la société française des années 30. "

     

     


     

      " Le fait que les hommes tirent peu de profit des leçons de l'Histoire est la leçon la plus importante que l'Histoire nous enseigne " 

    Aldous HUXLEY

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Aldous_Huxley 


     

     

    Arc-en-ciel'ment vôtre

    Natalia & Romano


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :