• Parce que notre vie, notre existance entière est faite de partage, d'expérience, d'écoute, la "Petite Voix" vous invite régulièrement à découvrir une citation bienveillante, une chanson, un clip, un article, un site, une information, une manifestation que vous-même pourrez, à votre tour, diffuser à vos contacts...Hé oui, c'est ça la magie d'internet..

    Alors, pour recevoir la Petite Voix, rien de plus facile, il suffit de nous envoyer un petit mail à l'adresse e-mail suivante:

    Equi-Libre@base.be


    votre commentaire
  •  
    L'agence de presse associative française AlterInfo, doit faire face à ce qu'elle qualifie de “ nouvelle tentative d'intimidation et de déstabilisation”. Tout a commencé en janvier, lorsque l'UEJF (1) et l'AIPJ(2), deux associations militantes juives, ont déposé plainte et assigné en référé AlterInfo. Le jugement rendu le 18 janvier leur ayant donné raison, l'agence de presse a décidé d'interjeter appel, pensant cette fois pouvoir davantage expliquer et justifier ses positions. [note: AlterInfo n'a pas souhaité divulguer trop de détails sur l'affaire afin que la justice n'interprète pas ses communiqués comme une ingérence dans la procédure judiciaire]

     

    Ces poursuites aux dire du site alternatif, font suite à des menaces de mort répétées ainsi qu'à plusieurs tentatives de corruption en vue d'influencer les rédacteurs et leur ligne éditoriale, à savoir la transmission d' « une autre version de ce que la pensée dominante impose, une lecture alternative de l'information véhiculée par les médias marchands ».

    Cette procédure se double d'une campagne médiatique, au premier rang de laquelle on retrouve l'UEJF et l'AIPJ.

     

    “[...] Je vous signale deux articles que les associations militantes UEJF et AIPJ ont publiés contre moi et contre le site Alter Info dans leur presse communautaire. 'L'actualité juive' et son scribe très 'objectif' n'en sont pas à leur coup essai, depuis un an, au moins trois articles insultants ont déjà été publiés par ce même auteur bien-pensant. En format PDF le dernier texte de Jean-Yves Camus dans 'Actualité juive' ”

    Le CRIF (3), s'est dernièrement joint à elles en publiant un communiqué intitulé “Un site antisémite et complotiste assigné en justice”.

    “Ceux, qui depuis nos débuts nous dénigrent, se sont soudainement trouvés plus hardis après la plainte déposée contre nous - constatez par vous-même en tapant alterinfo.net sur Google (toujours visibles sur certains sites contre lesquels nous n'excluons pas la possibilité de porter plainte). Après le site du CRIF qui titrait 'Un site antisémite et complotiste assigné en justice', vient s'ajouter à la liste des affabulateurs sectaires, le site prochoix.org, où on peut lire dans un torchon haineux et très objectif publié sur prochoix.org (site de Caroline Fourest) : '[...]Le texte, extrait du site des Indigènes de la République , a déjà été repris par Bellaciao, Indymedia/Paris Ile-de-France, ou encore le site antisémite et conspirationniste alterinfo.net.' [Lien de l'article ]

    Que l'on nous accuse à défaut d'autres mensonges, de conspirationniste ne nous gêne pas,et nous revendiquons notre “conspira-sionisme”, mais l'antisémitisme en plus d'être un délit nous le combattons, nous verrons le moment venu (quand nous aurons les moyens financiers) si la justice se prononcera aussi équitablement qu'elle l'a fait pour nous condamner lors du référé ?”

    Les rédacteurs d'AlterInfo dénoncent la démarche de l'UEJF et de l'AIPJ qui s'inscrirait selon eux dans une même logique: « à défaut de nous faire taire, nous nuire financièrement et psychologiquement afin d'entraver la bonne marche de notre association ».

    Le site a lancé un appel au don le 11 janvier pour faire face aux frais induit par la procédure. Au 18 février, l'association voyait son budget amputé de 9200 euros uniquement pour les honoraires d'avocat, ce qui ne couvre “qu'à peine la moitié des frais engendrés par cette affaire”. L'audience de plaidoirie pour l'appel est fixé au 16 avril 2008 à 14 heure; pour envoyer vos dons cliquez ici.

    AlterInfo figure en bonne place parmi les médias alternatifs français. L'audience du site en janvier témoigne de son succés: 312.749 visites et 1.686.434 lecture pour 171.503 adresses I.P différentes. « Les taux d'audience de notre site, irritent, peut-être même effraient certains groupes ».

    Parmi ceux-ci on retrouve plusieurs lecteurs et institutions de renoms, tous identifiés par leur I.P. de connexion. “La diversité et la pertinence des textes publiés semblent intéresser beaucoup plus de monde que nos adversaires aimeraient le faire croire. Si comme le présupposent nos détracteurs, nos visiteurs n'étaient que de doux dingues ou de vulgaires antisémites, comment expliquer la diversité des connexions ? Pour illustrer leur déviation et démontrer que leurs accusations ne relèvent que de l'ordre du fantasme, nous conservons à toutes fins utiles les I.P. de connexions des institutions étatiques - gouvernements et parlements ainsi que de différents ministères (nationaux et étrangers), même l'Elysée de manière moins récurrente (que peuvent d'ailleurs bien chercher les conseillers présidentiels sur notre site... ?) Que penser de ces nombreuses institutions financières – banques centrales de différents pays, imaginez que même la Banque Mondiale vient glaner des infos sur notre site... et les différents médias marchands nationaux qui régulièrement visitent aussi nos pages ?”

    Ces poursuites sont d'autant plus étonnantes qu'Alterinfo traite des problématiques du sionsime (une idéologie politique xénophobe qui est portée entre autre par des chrétiens et condamnée par de nombreux Juifs) et souligne fréquemment le distingo qu'elle fait entre sionisme et judaïsme.

    Nous viendrait-il à l'esprit de taxer d'anti-américain celui qui critique l'idéologie politique néolibérale de Dick Cheney ?

    Ne vous méprenez pas. Dans cette affaire c'est la liberté d'expression sur Internet qui est visée. AlterInfo a besoin de vous... MAINTENANT ! “Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien.” (Edmund Burke)

    “Ce ne sont pas les moyens utilisés par nos détracteurs qui seront à l'origine d'une éventuelle fermeture de notre site et de notre agence de presse associative, mais la passivité et/ou le laxisme de nos lecteurs les plus assidus et de nos soutiens supposés et de leurs réaction face à nos difficultés financières actuelles.”

    “Ceux qui nous ont intenté ce procès pensaient bien que même si nous gagnions en référé ou en appel, nous serions quoi qu'il en soit 'fragilisés' financièrement. Si en partie ils ont 'réussis', nous avons de notre côté pu constater combien nous avons de soutiens, et dans une certaine mesure, ils n'ont fait que renforcer notre détermination à poursuivre et nous ont ouvert des perspectives. De plus, ils nous ont donné l'occasion de voir qui étaient nos vrais ami(es), et cela n'a pas de prix.”

     

    Voici les quatre communiqués publiés par le site AlterInfo à ce jour:

    - Communiqué Alter Info (Affaire UEJF et AIPJ contre Alter Info) - 11 janvier 2008.

    - Compte-rendu: UEJF ET J'ACCUSE CONTRE ALTER INFO - 20 janvier 2008.

    - Bilan de notre appel à dons et projets pour la suite [rédaction Alter Info] - 18 février 2008.

    - Bis repetita UEJF/J'ACCUSE contre Alter Info: L'assignation en référé, nouveau procédé de censure ? - Zeynel CEKICI - 18 mars 2008

     

    Notes :

    (1) L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) est une association étudiante créée en 1944, qui représente les étudiants juifs en France (wikipédia).

    (2) J'Accuse-Association internationale pour la justice (AIPJ), a été fondée en 2001 notamment par des responsables de l'UEJF et de la LICRA. Marc KNOBEL, chercheur au CRIF et au centre Simon Wiesenthal en est le président. A ce propos il paraît intéressant de consulter le texte “Police de la pensée : le CRIF à l'Ecole Nationale de la Magistrature” sur Altermedia.info.

    (3) Le Conseil représentatif des institutions juives de France (connu également sous l'acronyme CRIF) fédère, au sein d'une seule organisation représentative, différentes tendances politiques, sociales ou religieuses présentes dans la communauté juive de France. À ce jour, le CRIF fédère plus de soixante associations dont le Fonds social juif unifié et l'Alliance israélite universelle (wikipédia).


     

    Vendredi 21 Mars 2008


     

    http://www.sott.net/articles/show/151547-AlterInfo-in-trouble-another-struggle-for-the-freedom-of-speech-on-the-Internet 
    http://futurquantique.org/blog/politique/49-Politique/361-alterinfo-en-difficulte-un-autre-combat-pour-la-liberte-de-parole-sur-internet#uejf


    votre commentaire
  • Ode à la vie...

    Un milliard d'humains n'ont pas accès à l'eau

    Source vérifiée

    LIBERATION.FR : mardi 18 mars 2008

    L'ONU consacre jeudi une journée mondiale à l'eau, qui fait défaut à plus

    d'un milliard d'humains et manquera plus cruellement encore à l'avenir sous

    la double pression du réchauffement climatique et d'une demande

    exponentielle de la population mondiale.

    Reconduite d'une année sur l'autre, la célébration permet de mesurer

    l'absence de progrès: à ce jour, un tiers de l'humanité (2,4 milliards

    d'individus) continue de vivre sans accès à une eau de qualité ni de simples

    latrines, et chaque jour 25.000 personnes en meurent, essentiellement des

    enfants.

    D'ores et déjà, le septième objectif de développement pour le millénaire

    adopté en 2002 au sommet de Johannesburg - réduire de moitié d'ici à 2015

    par rapport à 1990 la part d'humains privés d'eau potable - est pratiquement

    hors d'atteinte. Il aurait fallu que chaque année jusqu'à l'échéance, 100

    millions de personnes supplémentaires soient équipées, soit 274.000 par

    jour.

    Or l'eau est inégalement distribuée sur la planète, et pour fournir une eau

    de qualité, il faut en payer le prix. «Globalement, elle est abondante là où

    il n'y a personne», relève Pierre Chevallier, spécialiste des ressources en

    eau à l'Institut de recherche pour le développement (IRD): la partie

    amazonienne du Pérou ou de l'Equateur, peu peuplée, est abondamment arrosée,

    alors que toute la côte Pacifique, poumon économique et siège des grandes

    villes, est asséchée, jusqu'au Chili.

    Pour Pierre Chevallier, «ça ne va pas s'arranger avec le réchauffement

    climatique, qui va accélérer les phénomènes d'évaporation et de fonte des

    glaciers et réduire encore les quantités d'eau disponibles. Et encore moins

    avec la pression démographique: non seulement la population mondiale

    augmente, mais aussi les exigences de cette population avec l'amélioration

    de ses conditions de vie dans les grands pays émergents».

    http://www.liberation.fr/actualite/instantanes/chiffre/316306.FR.php


    Arc-en-ciel'ment vôtre

    Romano

    ________________________________

    http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée,

    parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations environnementales,

    d'alerte et de réflexion. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux

    écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation,

    surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples

    premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles

    menaces biotechnologiques. La planète est le bien commun de l'humanité. En

    prendre soin donne un sens à la Vie.

    Mailing liste d'information liée : "Pour un demain plus humain". S'abonner

    gratuitement : http://terresacree.org/archives.htm.

    Groupe de discussion : http://terresacree.org/groupe.htm

    Pour nous aider dans notre action sur internet, adhérer à l'Association ou

    faire un don : http://terresacree.org/adhesion.htm


    votre commentaire
  •  

    Suite à la "Journée de la femme" 2008, je voudrais vous présenter certains chiffres et statistiques sur la condition de la femme dans le monde.

    Mais contre toute attente et au risque d'en décevoir plus d'un, il ne sera pas question de la femme musulmane, dont plusieurs états du monde, soucieux de leurs bien-être, s'occupent d'ailleurs tous les jours très "démocratiquement", comme par exemple en Irak ou en Afghanistan, en ayant déjà provoqué des centaines de milliers de victimes civiles sur à peine 7 ans....

    Non, il ne sera pas non plus question de la femme africaine que ces mêmes états "protègent" depuis si longtemps en soutenant et en installant militairement et financièrement les dociles et complaisants régimes, dictatures ou guérillas qui servent leurs propres intérêts....économiques. Le tout démocratiquement, of course..

    Non, pour une fois, je vous propose de parler de nos femmes, de nos mères, de nos filles...occidentales, chrétiennes...celles d'Europe et d'Amérique.

    Ceci dans l'unique but d'attirer notre regard sur les souffrances qui sont maintenues dans le silence par la stigmatisations organisées à l'encontre des autres cultures, communautés, religions...

    Mais au fait? A qui profite le crime?

    ...

    Et oui, à force de ne systématiquement voir que la paille qui se trouve dans l'œil de notre "voisin", c'est la poutre qui se trouve dans le nôtre, et qui bastonne tranquillement les femmes de nos pays, que nous nous permettons d'occulter...

    En voici une démonstration éloquente:

    1) En France : égalité, liberté, fraternité. Oui, mais...sauf pour les femmes...

     

    Rapport Henrion - février 2001
    Ministère de la Santé


    Sur 652 femmes victimes d'homicides entre 1990 et 1999, sur Paris et sa proche banlieue, la moitié a été tuée par leur mari ou leur compagnon. Un chiffre terrifiant, révélé par un rapport sur les violences conjugales.
    "En France, une femme meurt de violences conjugales tous les cinq jours", explique le professeur Roger Henrion, membre de l'Académie nationale de médecine et responsable de cette étude pour le ministère de la Santé.
    L'équipe du professeur a interrogé au hasard un échantillon de 7000 femmes, âgées de 20 à 59 ans, habitant la capitale et sa petite couronne. Il ressort que 10% d'entre elles ont subi des violences conjugales au cours des douze derniers mois. Insultes, harcèlement moral, agressions physiques, viols, la liste est longue de ces sévices commis dans l'intimité des couples.
    Les conséquences sont à chaque fois dramatiques. Plusieurs femmes victimes souffrent de troubles émotionnels (dépression, boulimie, anorexie ...), certaines, à bout de nerfs, se suicident. Et une partie meurt carrément sous les coups de leur conjoint. "Parmi les victimes présentées dans le rapport, 30 % ont été poignardées, 30 % ont été abattues par arme à feu, 20 % ont été étranglées et 10 % ont été rouées de coups jusqu'à la mort", précise le professeur Henrion.
    Le profil de l'agresseur n'est pas toujours celui que l'on s'imagine.
    "Il s'agit en majorité d'hommes bénéficiant par leur fonction professionnelle d'un certain pouvoir. On remarque une proportion très importante de cadres (67%), de professionnels de la santé (25%) et de membres de la police ou de l'armée", commente Roger Henrion.
    Ces violences conjugales restent bien trop souvent taboues et franchissent peu les murs des domiciles familiaux. Mais quand les femmes parlent, elles s'adressent en premier lieu à leur médecin. "Ce dernier a un rôle clé dans le dépistage des violences, le recueil de l'histoire et la rédaction d'un certificat, pièce essentielle lors d'un dépôt d'une plainte", selon le professeur Henrion. Mais le médecin est souvent pris en tenaille entre le secret médical et la non-assistance à personne en danger.
    Un site Internet (
    www.sivic.org) est mis à la disposition des médecins pour se former à l'ensemble de ces problèmes.

    La violence conjugale est la première cause de mortalité des femmes de 16 à 44 ans en France...

     

    2) En Espagne, ce n'est que depuis 1999 que la femme est légalement libérée de l'obéissance à son mari !... Leur Livre Saint n'est pourtant pas le Coran.

     

    En 1997, 75 femmes sont mortes suite à une agression de leur mari.
    La révision du code pénal espagnol en 1999 est capitale. Elle prévoit que la femme ne doive plus « entière obéissance à son mari »
    . La notion de « violence psychique » est reconnue. La récidive transforme la faute en délit. Enfin ! Mais cela ne suffit pas.
    En 2000, 66 femmes meurent à nouveau sous les coups de leur conjoint. Dans l'enquête publiée en mars 2001,
    640 000 femmes s'avouent victimes de mauvais traitements, et près de 2 millions d'entre elles le sont (soit plus d'une femme sur dix).

    Le pacte du silence autour de la vie privée n'en finit pas de se briser : les plaintes augmentent d'au moins 10 % chaque année, jusqu'à atteindre (en 2001) plus de 20 000 par an. Cependant seules 5 % à 7 % des femmes violentées attentent une action en justice. Elles craignent les représailles, et savent que cela ne servira pas à grand chose : les décisions de justice sont souvent incohérentes et 80 % des cas jugés pour violences bénéficient de l'impunité.

     

    3) Aux État-Unis, terre des droits de l'homme ET de la femme par excellence? Pas si sûr... :

     

    - Plus de 4 millions de femmes américaines sont abusées physiquement ou violentées par leur mari, petit ami ou une personne de leur connaissance chaque année, soit 1 sur 3 qui le sont au moins une fois dans leur vie.

    - Aux États-Unis, 7 millions de femmes sont violées ou sexuellement agressées chaque année.

    - Toutes les 15 secondes, une femme est abusée ou violentée aux États-Unis.

    - De 25 à 30 % des femmes abusées sexuellement ou battues le sont, au moins, une fois par semaine.

    - Entre 1983 et 1991, le nombre de cas de violence domestique a augmenté de 117 %.

    - 50 % des femmes sans-abri le deviennent suite à des violences domestiques.

    - En 1997 et 1998, plus de 2 200 femmes enceintes ont été emprisonnées et plus de 1 300 bébés ont été mis au monde par des détenues.

    - 56 % des américains disent connaître au moins une personne dans leur entourage (amis, collègue de travail) qui a été impliquée dans une affaire de violence domestique.

    - Pour bien comprendre la portée de ces chiffres, il faut savoir que, par peur des représailles, 59% des viols ou tentatives de viols ne sont pas rapportés à la police.

    - Pour information, parallèlement et toujours aux États-Unis d'Amérique, entre 22 et 25 % des hommes en prison sont victimes de viols.

     

    4) La prostitution dans les pays de la liberté de la femme :

     

    - on estime que, chaque année, environ 200 000 femmes en provenance des pays de l'Est tombent entre les mains des proxénètes européens.

    - Selon le ministère des affaires sociales, l'Italie compte environ 50 000 prostituées, dont la moitié sont étrangères. Le chiffre d'affaires qui en découle s'élève, d'après les estimations minimales fournies par la police, à 93 millions d'euros par mois.

    - A Paris, la moitié des 7 000 prostituées seraient étrangères - dont 300 Albanaises. En France, la prostitution, qui concerne 15 000 femmes, engendre un chiffre d'affaires annuel évalué à 3 milliards d'euros

    - L'Office fédéral de la police estime à 14 000 le nombre de personnes prostituées en Suisse dont 7 050 d'entre elles exerceraient dans les cantons de Zurich, Berne, Bâle, Genève, Lucerne et Tessin. Les personnes étrangères représentent 75% du total de la prostitution, parmi lesquelles on compte beaucoup de Françaises. A ce chiffre, il faut ajouter le nombre de personnes prostituées de sexe masculin, estimé entre 1 000 et 2 000. Les associations d'aide avancent pour leur part le chiffre de 4 000 personnes dont 70% seraient d'origine étrangère.

    - Le ministère de la Justice estime que 30 000 personnes se prostituent aux Pays-Bas. Les formes les plus connues de prostitution sont les sex-clubs et la prostitution en vitrine. Selon le ministère des Affaires Etrangères, 25% des personnes prostituées pratiquent ces formes de prostitution. Le nombre de bordels et de sex-clubs est estimé à envrion 7 000 aux Pays-Bas, dont 2 000 bordels. On peut également ajouter à cette liste la prostitution dans les hôtels, les bars, les services de call-girls etc. « Dans de nombreuses communes, la prostitution de rue est interdite en raison du trouble à l'ordre public et des nuisances qu'elle peut causer ».

    - Le prétendu « plus vieux métier du monde » servirait de « rempart contre le viol ». Cet argument vise à dissimuler une tragique réalité : 80 % des prostituées auraient subi des abus sexuels dans leur enfance et bien plus nombreuses sont celles qui en subissent de la part de leurs "clients".

    Non, la prostitution n'est pas une activité professionnelle; elle est une exploitation de la femme par l'homme.

    Selon une récente étude menée à San Francisco, 82% des prostituées interrogés déclarent avoir été agressées physiquement, 83% menacées par des armes, 68% enlevées alors qu'elles travaillaient comme prostituées et 84% sont devenues ou ont été sans-abris.

    - En France, selon la Commission des affaires sociales, 65% des personnes prostituées exerceraient désormais dans la rue et 25% dans les hôtels ou en appartements. 20% des prostituées seraient mineures.

     

    Alors, sachant tout cela, rappelons-nous :

    Elles sont là, tout près de nous...et elles ne portent pas de voiles...

    Il s'agit de nos Mères, de nos Sœurs, de nos Amies, de nos Voisines, de nos Collègues ...

    Alors, si nous sommes les Hommes que nous prétendons être, arrêtons de nous "voiler" la face et osons nous poser cette terrible question :

    " Qui les entend? Qui les protège? Qui les soutient?"

    ............

    Arc-en-ciel'ment vôtre

    Romano & Natalia

     

    Sources:

     
     
     
     
     



    votre commentaire
  • Une fois de plus, la vérité triomphe face au négationisme post-colonialiste organisé...

    - ''Le Cauchemar de Darwin'': une démonstration édifiante - Ad Vitam -
    Cliquez ici pour voir en grand
    ''Le Cauchemar de Darwin'': une démonstration édifiante - Ad Vitam
    L'historien François Garçon a été condamné vendredi pour diffamation envers le réalisateur du "Cauchemar de Darwin"

    L'historien accusait Hubert Sauper de "malhonnêteté intellectuelle" et de "supercherie". Il a annoncé qu'il ferait appel de sa condamnation à 500 euros d'amende avec sursis par la 17e chambre correctionnelle de Paris.

    Le tribunal l'a également condamné à verser un euro de dommages et intérêts et 1.500 euros au titre des frais de justice.

    Dans "Le Cauchemar de Darwin", sorti en 2005, le cinéaste autrichien Hubert Sauper établissait une équation entre la pêche intensive de la perche du Nil, un poisson carnassier introduit dans le lac Victoria il y a 50 ans et qui a entraîné la disparition des espèces autochtones, la misère des populations locales et un trafic d'armes.

    Le film a rencontré un succès planétaire et reçu de nombreux prix. Une controverse a éclaté à son sujet après la publication fin 2005 d'un article de François Garçon dans la revue Les temps modernes, suivi d'un ouvrage un an plus tard intitulé "Enquête sur Le cauchemar de Darwin".

    Dans un entretien à RFI, en janvier 2007, François Garçon expliquait reprocher au cinéaste de n'avoir pas démontré le trafic d'armes qu'il dénonçait, d'avoir fait croire que les carcasses de poisson étaient destinées à la consommation humaine (et non animale) ou encore d'avoir payé des enfants pour "jouer et rejouer des scènes".

    Les juges ont notemment estimé que François Garçon "ne disposait pas manifestement, d'éléments suffisants pour formuler une telle accusation de manipulation des enfants à l'égard du réalisateur" et ne pouvait "donc prétendre au bénéfice de la bonne foi".

    "Les preuves, à mon avis, figuraient dans le dossier et je compte sur l'appel pour le démontrer", a déclaré à la sortie de l'audience l'historien. De son côté, Hubert Sauper s'est réjoui de la condamnation de François Garçon qui "a menti et atteint ma personnalité et ma crédibilité". Plus largement, il a salué "une victoire pour le cinéma documentaire dans son ensemble".

    (JB/AFP)


    votre commentaire